Dans les bouges de Johannesburg

Billy Monk, "The catacombs", 7 octobre 1968.

Billy Monk, "The catacombs", 7 octobre 1968.

Billy Monk était ce qu’aujourd’hui nous appelons un « videur » de boîte de nuit, à Johannesburg. Il était aussi photographe. Ses photographies ne furent jamais montrées de son vivant.
Son quotidien – ou plus exactement ses nuits – étaient son sujet de prédilection, s’attachant à la vie de la jeunesse blanche dans ce qui devait à l’époque être appelé « lieu de perdition ».

Liens.
Un article sur Billy Monk : http://www.paperblog.fr/4106179/billy-monk-and-the-bouncers-from-cape-town/
Jusqu’au 9 avril 2011, les « Nightclub photographs » de Billy Monk chez Michael Stevenson, à Johannesburg : http://www.michaelstevenson.com/contemporary/exhibitions/monk/index.htm

Cette entrée a été publiée dans A voir jusqu'au..., Histoire, Photographie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>