L’ange du château

Frédéric Flacheron, "Le Tibre au Castel Sant'Angelo", Rome, 1848-1852, Courtesy Hans P. Kraus, Jr. Fine Photographs.

Frédéric Flacheron, "Le Tibre au Castel Sant'Angelo", Rome, 1848-1852, Courtesy Hans P. Kraus, Jr. Fine Photographs.

Le négatif est un objet fascinant. Partie prenante de l’invention de la photographie par Talbot, il reste rare dans les collections. Sur papier – ou plus tard sur verre, sa fragilité intrinsèque a eu raison de sa conservation. La vision qu’il donne transforme le réel qui devient pictural. Ce phénomène visuel est toujours étonnant compte-tenu de l’utilisation documentaire de ces images.

Liens.
Sur l’exposition organisée par la galerie Hans P. Kraus : http://www.lalettredelaphotographie.com/entries/drawing-with-light-paper-negatives
D’autres négatifs de Flachéron, numérisés sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=RESERVE+EI-35-BOITE
Sur les photographes installés à Rome, entre la fin des années 1840 et le début 1850 : http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/au-musee-dorsay/presentation-detaillee/page/1/article/voir-litalie-et-mourir-20482.html?tx_ttnews[backPid]=93&cHash=df28d7fa81

Cette entrée a été publiée dans Histoire, Photographie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>