Les cornes d’Amira

Amira Fritz, "Kassenricht 1937", Série "Der Bambi Irrtum", 2009.

Amira Fritz, "Kassenricht 1937", Série "Der Bambi Irrtum", 2009.

Les fleurs, le cadre « à l’ancienne », le trophée de chasse forment le vocabulaire visuel de l’oeuvre d’Amira Fritz. En les accolant, elle réussit à leur donner différents sens.

Il y a cette idée de portraiturer ces trophées comme certains ancêtres de famille, en alliant un crâne et la fleur symbole du cimetière, la pensée. Une première lecture peut trouver cela morbide, accentué par les teintes passées de l’image. Aucune mièvrerie dans ses oeuvres, l’artiste détourne les codes – dans une autre série elle réalise de véritables portraits de compositions florales dans des paysages bucoliques – et n’oublie jamais d’ajouter une certaine loufoquerie à une esthétique quasi pictorialiste.

Liens.
Sur son site vous trouverez les différentes séries : http://www.amirafritz.com/index.html
Une série mode particulièrement réussie : http://www.villanoailles-hyeres.com/leblog/?p=3467

Cette entrée a été publiée dans Art contemporain, Photographie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>