Tripes et boyaux

Max Ernst,"Where to Unwind the Spool", Série "Commonplaces", Editions Iolas, Paris, 1971.

Max Ernst, "Where to Unwind the Spool", Série "Commonplaces", Editions Iolas, Paris, 1971.

Le Max Ernst des dernières années reste peu connu, cependant ses collages sont toujours incisifs et dans une veine surréaliste.

Liens.
D’autres oeuvres de « Commonplaces » : http://50watts.com/1614228/Where-to-Unwind-the-Spool
L’artiste en 7 mn : http://www.ina.fr/media/entretiens/video/CPF08008582/max-ernst.fr.html

Cette entrée a été publiée dans Arts graphiques, Histoire, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>